• Taille du text+-


S'il a partagé dans les années 90 le titre peu envié de "tête de turc des médias" avec Guy Béart et Yves Duteil, c'est qu'il y a en partie contribué
Ce Marseillais né à Bayonne a d'abord impressionné dès son premier album en 1979, Rentre chez toi, avec en particulier La maison du bonheur
Il a alors 21 ans, une voix vibrante, une espèce de foi romantique révolutionnaire à renverser les montagnes, et il les renverse avec l'aide d'un homme de radio enthousiaste, Jean-Louis Foulquier de France Inter
Et puis, une certaine mégalomanie va brouiller la générosité de son propos et l'énorme succès des années 80 tendre à décroître
L'effervescence créatrice de l'artiste (se reconnaissant un "seul ami", Léo Ferré), ses multiples casquettes (poète, romancier, comédien de théâtre, producteur des films de son frère cadet René Manzor, repreneur d'une entreprise en difficulté...) et les provocations constantes auxquelles ils se prêtent, vont finir par noyer l'essentiel
Après l'insuccès de son album Sans papier (2000), l'émission de télé-réalité 60 jours, 60 nuits que Canal Plus lui a consacré début 2003 a suscité quelques mois plus tard, la sortie d'un nouvel opus : D'une vie à l'autre