• Taille du text+-

Sergio, comme l'appellaient ses proches, c'était l'acteur de la chanson, même s'il y était venu en 1964 (date de son premier disque, sur Boris Vian), à plus de 40 ans
Comme Yves Montand et peu d'autres il aura réussi à mener de front ses deux carrières, associées déjà aux noms les plus prestigieux du théâtre et du cinéma : Cocteau, Sartre, Camus, Prévert, Carné, Cayatte, Becker, Duvivier..
La chanson a tout de suite trouvé en lui un interprète fabuleux, fichant la chair de poule à des salles entières, entre patrimoine (Le déserteur) et tranches de vies emblématiques signées Georges Moustaki (Sarah, Ma solitude, Ma liberté), Jean-Loup Dabadie (Le petit garçon, L'Italien, L'absence), Claude Lemesle (Le Barbier de Belleville), Albert Vidalie (Les loups sont entrés dans Paris)..
Un répertoire si dense et si personnalisé qu'un Maxime Le Forestier parle volontiers de "son oeuvre", sentiment renforcé par la dimension humaine du personnage, engagé indéfectiblement dans tous les grands combats du siècle
A titre personnel, il subira un choc terrible en 1980 avec le suicide de son fils Stephan, également chanteur
Malgré des problèmes d'alcoolisme, il poursuivra sa double activité (il peint aussi, à ses heures) avec des succès divers
Si son dernier album de l'automne 2000 (Enfants soyez meilleurs que nous, écrit par Jean Dréjac et Michel Legrand) est injustement passé inaperçu, une quinzaine d'artistes lui a depuis rendu un vibrant hommage via un CD intitulé Autour de Reggiani
Toutes générations confondues, on y remarque notamment : Renaud, Patrick Bruel, Maxime Le Forestier, Bernard Lavilliers, Enrico Macias, Michel Piccoli, Sanseverino, Bénabar, Juliette, Jane Birkin.