Parole La Gravité

Abd Al Malik

Ajouter aux favoris
Écouter un extrait mp3 de cette musique
  • Durée : 03:10
  • Date de sortie : 03 Janvier 2007

Paroles de la chanson La Gravité :
A l’arrière train du bus 14 comme à la remorque de la vie, je suis amorphe coté fenêtre
les yeux assis dans le vide à ne surtout pas me demander si la vie me considère comme un
brave.
Je viens d’un lieu où chacun se complait à être grave.
Tourner en rond dans ces ruelles de la vie que même les lampadaires n’éclairent plus.
Etre baigné dans le noir et pourtant se croire dans la lumière totalement nue. Sortir la
tête de l’eau ou se noyer dans le fantasme…
Je viens d’un lieu où chacun se complait à être grave.
Je me blesse tout le temps avec le tranchant de l’orgueil. Je suis de ceux qui lentement
deviennent leur propre cercueil. Je suis aveuglé par des murailles de tour, je me dis :
il ne peut rien y avoir derrière ces rempart.
Je viens d’un lieu où chacun se complait à être grave.
Avoir la prétention d’être soit, on se connaît toujours trop peu. Donner du sens, cette
pensée me rend exceptionnel en ce lieu. Provincer mon existence, il fut un temps où
Paris, j’y serais allé même à la nage.
Je viens d’un lieu où chacun se complait à être grave.


Au volant de ma Z3 bleu ciel comme aux commandes de ma vie. Je suis les cheveux au vent
de cette vie blonde que je conduis, à me demander si je crois à la justice, je dirais
que je suis heureux d’être à ma place.
Je viens d’un lieu où rien n’est jamais vraiment grave.
Rouler à fond sur l’autoroute de la vie, tellement éclairé qu’on en perd la vue. Prendre
son bain debout. Un problème, des solutions, n’en parlons plus. Voir l’argent comme un
moyen et non comme une fin ça calme.
Je viens d’un lieu où rien n’est jamais vraiment grave.
Je ne suis pas de ceux qui considère être quelqu’un parce que je suis né avec quelque
chose. Je suis tellement égoïste que je pense plus aux autres qu’à moi, c’est drôle.
Mais il m’arrive d’être triste et ses joues mouillées, ce sont de vraies larmes. Même si…
Je viens d’un lieu où rien n’est jamais vraiment grave.
Avoir mal à la bourgeoisie comme Che Guevara. Se lever chaque matin sans réellement
savoir pourquoi. Souffrir du non sens, une maladie qui n’épargne aucun personnage.
Je viens d’un lieu où rien n’est jamais vraiment grave.
Je viens d’un lieu où chacun se complait à être grave.
La gravité. Mesdames et Messieurs.


(Merci à mick974 pour cettes paroles)

Les dédicaces pour "La Gravité" :

  • GreatMaster

    Date: Aujourd'hui

    Aucun commentaire ! Si tu veux etre le premier à mettre ton commentaire, tu peux le poster en utilisant le formulaire ci-dessus.