Parole Les Comédiens

Charles Aznavour

Ajouter aux favoris
Écouter un extrait mp3 de cette musique
  • Durée : 02:23
  • Date de sortie : 26 Janvier 2006

Paroles de la chanson Les Comédiens :
REFRAIN
Viens voir les comédiens
Voir les musiciens,
Voir les magiciens
Qui arrivent
Viens voir les comédiens
Voir les musiciens
Voir les magiciens
qui arrivent

1-
Les comédiens ont installé leur tréteaux
Ils ont dressé leur estrade
Et tendu leur calicot
Les comédiens ont parcouru les faubourgs
Ils ont donné la parade
A grand renfort de tambour
Devant l'église une roulotte peinte en vert
Avec les chaises d'un théâtre à ciel ouvert
Et derrière eux comme un cortège en folie,
Ils drainent tout le pays
Les comédiens.

REFRAIN
Viens voir les comédiens
Voir les musiciens
Voir les magiciens
Qui arrivent
Viens voir les comédiens
Voir les musiciens
Voir les magiciens
Qui arrivent

2-
Si vous voulez voir confondu les coquins
Dans une histoire un peu triste
Où tout s’arrange à la fin
Si vous aimez voir trembler les amoureux
Vous lamenter sur Baptiste
Où rire avec les heureux
Poussez la toile et entrez donc vous installer
Sous les étoiles, le rideau va se lever…
Quand les trois coups retentiront dans la nuit
Ils vont renaître à la vie, les comédiens

REFRAIN

3-
Les comédiens ont démonté leurs tréteaux
Ils ont ôté leur estrade
Et plié les calicots
Ils laisseront au fond du cœur de chacun
Un peu de la sérénade
Et du bonheur d’Arlequin
Demain matin quand le soleil va se lever
Ils seront loin,
Et nous croirons avoir rêvé
Mais pour l’instant, ils traversent dans la nuit
D’autres villages endormis… les comédiens

Viens voir les comédiens,
Voir les musiciens
Voir les magiciens
Qui arrivent…

Les dédicaces pour "Les comediens" :

  • hermes

    Date: 2011/01/20 17:49

    Bonjour, Qu'il m'excuse ce détournement pour la bonne cause. Aznavour : Emmenez moi Florentino : Ne croyez pas En cette époque où le poids de la Vie Nous courbe le dos Arrivent des ventres alourdis Qui nous mènent en bateau Plein de haine ils grondent Que l?avenir est à eux Ils me semble qu?ils confondent Nos désirs avec leurs v?ux Leurs mirages Héritiers de fureurs passées Qui ne sont inconnues Que si on veut les ignorer Aucun d?eux n?est parvenu A tourner la page Ils disent que leur but est de sauver la patrie Est d?améliorer nôtre triste sort Ceux qui se laissent embrouiller aujourd?hui Ont grand tort Refrain Ne croyez pas les gourous des dogmes de naguère Qui vous promettent le pays des merveilles Quoi qu?il vous semble avec eux vôtre misère Ne sera pas moins pénible, elle sera pareille Ils égarent ceux qui les prennent pour recours En ignorant leurs desseins Et placent le pouvoir et tous ses recours Entre leurs mains Les nations qui ont écouté leurs prose Auraient préféré s?en être dispenser Si on les élève, on ne les dépose Le pouvoir seule une force armée Le leur enlève Gangsters se moquant du droit N?étant ni avars de sang ni de coup Ils se jugent au-dessus des lois Et maintiennent sous leur joug La plèbe Que ceux qui s?égarent et pourraient demain Remettre notre sort Entre de si mauvaises et tristes mains Réfléchissent encore Refrain Ne croyez pas les gourous des dogmes de naguère Qui vous promettent le pays des merveilles Quoi qu?il vous semble avec eux vôtre misère Ne sera pas moins pénible, elle sera pareille Songez qu?un beau jour vos enfants Jugeront nos actions Pour l?avenir, pour vos descendants Que vôtre choix soit le bon Refusez à présent la route qui mène Et s?achève dans le néant Des viles bassesses humaines Où rien n'est important Que de survivre Travail, faucille, patrie, Chantent les extrêmes en ch?urs Et l?on pressent dans leurs litanies Le penchant du soviet et du gauleiter Qui les enivrent Laissons là les idéologies du passé Ne réveillons pas les morts N?allons pas nous salir nous renier Je le redis encore Refrain Ne croyez pas les gourous des dogmes de naguère Qui vous promettent le pays des merveilles Quoi qu?il vous semble avec eux vôtre misère Ne sera pas moins pénible, elle sera pareille (2X) lalalalalalilal alala Quoi qu?il vous semble avec eux vôtre misère Ne sera pas moins pénible, elle sera pareille 20/01/11